Jeunes attitude

                         
.

.

.

  

ROULEZ JEUNESSE…

Combien de temps encore pourra t’on encore faire croire à une population surinformée? que la violence principalement des jeunes voire des très jeunes n’est rien d’autre qu’un épiphénomène dû à l’ostentatoire et malsaine surabondance de biens de consommation  produits par nos sociétés occidentales tellement dépravées….

Statistiquement, on précisera que le seul fait que les faits graves mis en évidence ne concernent qu’une minorité de ces jeunes ne justifie aucunement ces déchaînements à l’égard de biens et de personnes de tous âges dont le seul défaut était de se trouver au mauvais moment sur le chemin , un hall de gare ou dans la cage d’ escalier d’un groupe le plus souvent en recherche parait-il de distractions…

Bien évidemment, il se trouvera toujours l’un ou l’autre « bienveillant » pour assurer que le problème trouve son origine dans une marginalisation provoquée par la condition sociale ou l’appartenance « ethnique » et que la non- intégration aux obligations de la vie en société bien souvent inversement proportionnelle à leurs droits excusent en grande partie leurs comportements.

CONFLIT DE GENERATIONS.

Cependant, il faut bien reconnaître que la génération des « baby boomers » à l’origine et aux commandes de la totalité de ce qui est maintenant disponible sur Terre est souvent incapable de comprendre le langage écrit ou parlé par une frange non négligeable de sa progéniture, heureusement à l’abri du moindre diplôme , tant celui-ci est exempt de toute syntaxe ou orthographe le rendant plus virtuel encore que l’existence même de Dieu ou d’ Allah.

De même, on ne peut reprocher à ces enfants, encagoulés portant blousons et casquettes vissées comme une extension du crâne si souvent agacés par un professeur tentant d’interrompre! leurs conversations /sms, de ne pas grâce à cet accoutrement codé nous permettre de réduire la facture énergétique en diminuant les thermostats des radiateurs et comment ne pas les remercier de relancer ci et là le commerce lorsqu’il s’agit de renouveler les outils informatiques scolaires régulièrement volés ainsi que les nombreux équipements urbains quelquefois si chargés de tags qu’ils en devenaient de toute manière illisibles pour les usagers.

Par un raisonnement équivalent , on se doit de reconnaître que leurs fugaces et divers passages scolaires leurs ont très vite appris les bases d’un capitalisme ultra!-libéral consistant à prendre ce dont ils ont besoin à des prix imbattables pour les consommer immédiatement, à charge pour les parents en difficultés de régler les frais administratifs pour vols ainsi que la défense éventuelle devant la police ou les tribunaux.

Les plus érudits auront tôt fait d’assimiler les principes de gestion qui les propulseront aux titres de managers de bonheurs rapides plus prosaïquement appelés: dealers de drogues.

Quoique dans ce domaine aussi, il faut bien se garder de leur attribuer la faute lorsqu’en fait, la génération précédente, fière de sa démonstration de dangerosité du vulgaire tabac a, dans un élan de générosité humaine, dépénalisé certaines drogues leur permettant à coup sûr d’accéder au paradis perdu.

AU SECOURS , MAMAN BOBO…

Et lorsque l’on vous expliquera qu’il ne s’agit en fait que d’appels au secours d’une génération pour qui la parole en dessous d’un certain nombre de décibels est inaudible, il ne vous restera plus qu’à excuser votre rejeton de vous saturer acoustiquement votre environnement avec ce qui jusqu’alors vous semblait, à tort, vous appartenir et ce, plus particulièrement dans le cas de familles monoparentales dans lesquelles le  » chef » de famille est une mère à emplois précaires et qui, insultée dans son immeuble voire dans le quartier se retrouve humiliée par ceux-là mêmes qu’elle avait emmenés pour fuir la violence conjugale.

Nous est-il si difficile de comprendre la jouissance , pour ces mal- aimés et si injustement déconsidérés, d’une diffusion d’un moment bien mérité de vedettariat sur YouTube voire sur certains blogs si pauvres en contenu, lorsqu’au moyen d’un gsm, ils filment tant les gifles ou crachats adressés aux passants incrédules et apeurés que l’agonie d’une personne victime de la violence des coups assénés.

Là encore, nous n’aurons pas trop de difficultés à trouver la cause dans la diffusion télévisuelle de dessins animés par trop violents (il est vrai que les images de certains Mickey sont insoutenables) surtout pour des esprits aussi développés mais néanmoins incapables de la moindre analyse critique ainsi que de la nécessaire et plus élémentaire distance intellectuelle.

Quand on vous disait qu’il ne s’ agissait là que d’une infime partie de la jeunesse souvent confinée et peu habituée aux grands déplacements, cela devrait suffire à vous rassurer…

Pour autant, il ne faudrait pas que l’image de la jeunesse soit écornée et ternie par cette minorité mal-agissante et une grande vigilance des jeunes sera la meilleure arme anti propagande à l’encontre de ces trublions.

Conclusion

Dans nos classes multi-intégrées, l’ exemple à suivre venant rarement des plus motivés, tant ils sont marginalisés voire victimes d’ agression et de chantages, il n’est pas anormal, quoique d’aucuns feignent de s’en étonner, de constater la baisse du niveau global d’un enseignement prodigué par des professeurs souvent confrontés d’un côté à la violence des enfants et de leurs parents et d’un autre au quota de réussite voulu par les autorités déterminant les subsides futurs.

Croire que cet état de choses puisse s’améliorer est un leurre tant nos sociétés ont sombrés dans la culture de l’excuse, du repentir et du sentiment que si quelqu’un a commis une faute c’est moins lui le coupable que l’environnement familial , social et culturel dans lequel il évoluait.
Ainsi d’aménagements particuliers en accompagnements personnalisés , l’affadissement des normes générales de qualité est programmé et conduisent à ce que ce ne soit plus le plus grand nombre qui bénéficie de l’ opportunité de monter dans le « fameux » ascenseur social mais que seule une élite surprotégée puisse conserver les leviers de la connaissance et…du pouvoir!.

Publicités