Religions.jpg

 

Tout n’est que paix…, ceci est à croire sinon…!.

 

Comment expliquer les récentes réactions de violence de certains musulmans suite à l’exposé théologique au sein d’une Université de Benoît XVI faisant référence à un texte datant du XIVème siècle.

Dans un premier temps, on pourrait le regretter comme il en a été pour les caricatures malheureuses publiées au Danemark.

Mais alors comment cautionner le discours d’éminents représentants de cette très respectable religion visant à stigmatiser les discours de personnalités non musulmanes qui associeraient erronément Islam et islamisme alors que dans le même temps, ces représentants ne déplorent pas très vigoureusement les actes tels que celui de brûler un mannequin (en tissu) représentant le chef spirituel d’une autre religion ou encore la fatwa envers l’écrivain Mr Rushdie, l’égorgement du cinéaste Mr Van Gogh, meurtre de religieuses et enfants chrétiens…

 

Comment dissocier le discours qui nous assure de la bienveillante tolérance de la foi tout en organisant soit implicitement soit explicitement des manifestations et des actes dont la violence et la haine sont à ce point exaltés.

 

Les sociétés occidentales, démocratiques sont-elles contraintes de permettre la pratique et les représentations visibles de la foi dans d’autres lieux que ceux exclusivement réservées à sa manifestation personnelle et légitime ou bien ne doit-on pas constater que dans la tolérance confinant à la permissivité se trouve notre faiblesse.

 

La laïcité de nos états devrait nous inciter à ne pas nous moquer des religions et faire preuve d’autant d’attentions envers par exemple les religions juives ou chrétiennes que nous semblons en avoir envers la religion musulmane.

Il est vrai que les réactions des « fidèles » des autres croyances sont inexistantes et qu’elles ne poursuivent pas, menacent ou tuent, entre autres, certains humoristes en mal de répliques.

Il serait peut-être utile de rappeler à certains que les non-croyants n’ont pas vocation à être convertis coûte que coûte et qu’eux aussi méritent le respect.

 

Toutes les libertés que les seuls pays démocratiques connaissent sont visiblement combattues tant à l’extérieur par des pays dont les principes religieux sont supérieurs à tout autre forme de gouvernement qu’à l’intérieur par des avancées sensibles sur les acquis laïcs de nos contrées

Depuis 1789, le droit divin a été aboli et la Constitution votée…pour rappel!.

Rappelons également à ceux qui en douteraient qu’aucune liberté n’est dominante et que la liberté de parole, d’expression, de pensée en font partie.

 

De la même manière qu’il est utopique de prétendre imposer, surtout par la force, un mode de gouvernance à un autre et on en mesure à peine les conséquences en Irak ou en Afghanistan, de la même manière les religions devraient afficher, pour l’ensemble de leurs fidèles dont tous n’affichent pas un niveau intellectuel leur permettant le recul suffisant, un respect et une entente indéfectibles.

Dans un autre registre qui fait l’actualité honteuse de l’église catholique, ne doit-on pas s’étonner que seule cette religion soit, apparemment, la seule à produire des pervers sexuels tout en soulignant que la plupart des sévices auraient été perpétrés voici une quarantaine d’années, ce qui n’atténue en rien la gravité mais peut interpeller quant à la recherche de la preuve et de l’opacité ou de la bienveillance dont bénéficient les autres cultes.

D’autre part, la presse et les politiques seront-ils aussi justement virulents lorsque de semblables scandales seront mis au jour au sein d’autres religions, sectes ou cercles politiques visiblement moins propices à la transparence?.

 

Charia über alles

 

Il est évident que, sous l’aiguillon de la religion musulmane qui tente avec un certain succès d’importer progressivement les principes d’une foi dictant les modalités d’une loi en fonction de considérations et coutumes ancestrales et religieuses, d’autres confessions dont en premier lieu la foi catholique qui, en perte d’influence parallèle à la décadence occidentale, se verraient bien tentées de reprendre un discours plus politique dans l’espoir de réaffirmer un minimum de principes censés régir la société au nom d’un droit divin supérieur à celui des hommes (et des femmes!) ouvrant par là même une boîte de Pandore de laquelle ne sortiront qu’obscurantisme, régression, émeutes, conflits et guerres de religions impliquant des masses d’individus fanatisés par ces nouveaux gourous.

Une image valant mille mots, on soulignera que lors des voyages officiels ou reportages télévisés, les femmes occidentales portent voile en « respect » ou soumission? aux us et coutumes locales et religieuses, qu’elles soient ministres ou femmes de ministres et chefs d’états jusqu’à la dernière visite de la reine d’Angleterre (pieds nus et moustiquaire sur la tête) en visite à Abu Dhabi.

A l’inverse, avons-nous vus une seule femme de pays musulmans, ministre ou épouse de ministre et chef d’état ôter ce voile en signe de « respect » ou soumission? non pas aux coutumes religieuses mais bien aux lois des pays visités?.

Les « politiquement corrects » apprécieront l’hypocrisie des hommes occidentaux incapables d’assumer leurs valeurs face à ce que les « tristement objectifs » considéreront comme de la lâcheté mercantile qui préfère renier ses valeurs morales au profit des valeurs financières et commerciales…!.

Un mot d’humour pour conclure:

De là à constater que, de facto, la religion musulmane supplante toutes les lois démocratiques ou non ainsi que toutes les autres religions, il n’y a qu’un petit pas pour l’homme mais un sacré! bond pour l’humanité.

Toutes les religions sont dignes de foi…y compris celle (athéiste) qui ne croit pas en un ou plusieurs dieux censés avoir créé(s) le monde, l’humanité et tout ce qui l’entoure.
De même, convient-il de redire qu’au départ toutes les religions aujourd’hui si respectées, respectables peut-être, n’étaient que des sectes dans lesquelles on se plaisait à suivre un « guide » auto-proclamé affublé de quelques miracles et autres paroles « savantes » surtout admiré de par, soit son autorité naturelle, soit parce que sensiblement plus érudit que la moyenne.
Comme on en rencontre encore dans des contrées reculées qui respectent les ordres les plus sensés ou non d’un sorcier.
Actuellement, vouloir différencier religions « anciennes » et sectes « nouvelles » sur base de critères subjectifs définis dans la loi revient à en discriminer certaines (scientologie) voire authentifier celles qui, on ne peut en être certain, ne sont potentiellement rien de plus qu’une fantastique mystification qui, au fil du temps, a réussi, comme le feront ces nouvelles sectes, à s’installer dans la mémoire et la pratique collective.
La seule différenciation déterminante en matière de religion et/ou de sectes aurait dû être, comme pour tout citoyen du monde, que toute personne qui se dit « guide » avec pour dessein de conditionner un individu ou un groupe, via une interprétation volontairement erronée et restrictive des écrits, livres préceptes, dogmes à des fins de plaisirs et/ou enrichissement personnel ou dans le but d’instaurer par la force un régime religieux ayant force de lois, devrait être poursuivie, sanctionnée et emprisonnée après jugement publique
Sauf que…cela risque de déstabiliser nombre de régimes actuels qui ne subsistent que par ce type d’endoctrinement.
Tout au plus, pourrait-on éviter que d’autres peuples y compris européens n’aient à subir prochainement un même sort peu enviable vis-à-vis de ce que l’évolution de la civilisation humaine est en droit d’attendre notamment au regard de la liberté individuelle et du libre arbitre chèrement acquis au prix de massacres et de pertes considérables lors de conflits religieux.

 

A vos prières et à vos sornettes….

Publicités