Musulman,Islamiste,Religion,Guerres,terrorismes,Politique.

.

Généralités

Toutes les religions ne seraient que des sectes qui, au fil du temps, ont réussi à convaincre, asservir un maximum d’individus crédules qui se qualifient de croyants.
Toutes les religions ont, à un moment de l’Histoire , été à l’origine ou complices d’invasions, de massacres perpétrés au nom de la civilisation , de l’endoctrinement à des valeurs que leurs nouveaux maîtres -guides définissaient comme porteuses de justice, d’élévation des esprits … tout en soumettant ces populations aux traitements dégradants les plus variés, sans oublier l’ exploitation des richesses du sol détenues, souvent à leur insu, par ses esclaves de ces colonisateurs… de dieux.
Bien évidemment que le support religieux n’est pas indispensable au déclenchement de conflits, de guerres mais celui-ci y apporte, hypocritement à l’instar d’un argument plus actuel , à savoir l’ingérence « démocratique », une caution morale ou, à tout le moins, ainsi mise en avant de ce qui, de toute manière, n’est qu’une expression de la volonté des uns d’imposer aux autres , une façon de penser, d’agir… de s’habiller sous couvert de principes politiques ou religieux.
Le pire étant lorsque ces deux concepts fusionnent pour en faire une théocratie à l’échelon d’un Etat ou d’une doctrine qui supplante les lois d’un pays laïque ou multi-cultuel.

Evitons l’amalgame…

Il faut éviter de fustiger, de stigmatiser, de faire l’amalgame entre quelques extrémistes islamistes et la grande majorité de la communauté musulmane … et autres mises en garde qui, pour partie vraies, ont surtout l’ avantage de clore le débat autour des dérives quotidiennes vécues par les citoyens mais que nos « chers élus », empêtrés dans la contradiction entre électoralisme et maintien d’un semblant de paix sociale, connaissent mais refusent d’affronter de peur de se voir taxer de raciste et de perdre mandats et postes alors qu’il suffit de détourner le regard , d’annoncer des mesures accommodantes pour  mieux satisfaire ceux qui ont compris que le « politiquement correct », la peur de troubles civils les autorisaient à implanter au sein de territoires toujours plus étendus une forme , jusqu’ici light , de la loi religieuse, en l’occurrence musulmane.

Cette crainte, ce refus de responsabilité de ces élus qui confine à l’irresponsabilité la plupart du temps partagée par les médias dont les intérêts économiques rejoignent les intérêts politiques des élus sous forme d’une parole apaisée, réfléchie et mesurée digne de l' » élite », du moins tant que ni les uns ni les autres n’ont à pâtir des conséquences de leurs aveuglements.
On remarquera qu’à chaque attentat, à chaque découverte de cache d’ armes , d’explosifs ou de complicités entre coreligionnaires, le mot d’ ordre politico-médiatique est avant tout développement des faits de veiller à bien souligner combien ceci ne doit pas entacher la communauté musulmane, principale victime de ces islamistes qui dévoieraient une religion hautement respectable.
Une des nombreuses preuves de la puissance de cette religion qui commence à supplanter les lois est que, d’une part, avant toute référence citoyenne, la « démocratie » met l’appartenance musulmane en avant et que toutes règles de vie, comportements notamment féminins , passent par le contrôle de cette religion.
Que ce soit l’imposition , qu’ils osent déclarer libre, dans nos régions et pays jusqu’à l’imposer par la loi dans leurs régions et pays (ex: hôtesses Air France).
De nombreuses personnalités , souvent les plus concernées car femmes , ont depuis pas mal de temps tenté d’alerter nos responsables sur cette pernicieuse, constante volonté de soumettre, d’abord les femmes…, à leurs principes dits religieux qui leur imposent des tenues respectueuses non des lois pour tous et toutes mais bien uniquement dictées par une préséance religieuse au travers d’une astucieuse manipulation , inattaquable et tout à leur avantage de la notion de liberté si chère à nos démocraties et qui, dans ce cas se retourne contre ces défenseurs peu enclins à défendre leurs propres valeurs.
Parmi ces dernières lanceuses d’alerte, citons E. Badinter qui revient, en vain, sur la percée  » commerciale  » de la mode musulmane qui, comme pour le reste, commence par un choix « libre » et se finira par une règle à suivre obligatoirement.
Tout en accordant un César de la meilleure comédie à cette magnifique pirouette qui fait passer le conditionnement vestimentaire féminin de respect « cultuel » à suivisme de la mode!.
E. Badinter: Appel au boycott de la mode musulmane made in France .   ICI

Les modifications, ajustements, concessions à la seule religion musulmane sont si nombreuses, si exclusives qu’elles sont pour toutes les autres communautés suspectes soit de favoritisme, soit, plus exactement, de craintes motivées tant par un contexte économique intérieur en déclin susceptible de tensions supplémentaires que par un contexte géopolitique international qui, notamment par les implications occidentales catastrophiques, nous met, tel un boomerang , face à ce terrorisme barbare qui, ô malheur pour nos (ir)responsables, n’est plus confiné en dehors de nos frontières européennes qui s’avèrent de véritables passoires…
A la notable différence de toutes les autres immigrations, seule la communauté musulmane a voulu progressivement modifier tout d’abord son environnement proche en ciblant massivement certains quartiers, certaines cités de banlieues qui, contrairement à cette fausse idée qui se propage, avaient été construits pour y loger une classe moyenne inférieure qui bénéficiait de logements plus accessibles à son budget avec à sa disposition des équipements , boutiques ou services publics.
Et c’est là que ceux qui se disent constamment victimes de stigmatisations et réclament la diversité de manière à culpabiliser ceux qui, soi-disant, ne leur offriraient pas et à forcer une première implantation qui, comme on l’a vu précédemment, finit par une communautarisation cultuelle excluant toute autre population tant par l’instauration de règles de vie faisant lois qui ne conviennent ni aux autres populations minorisées ni aux rares commerçants voire services publics qui, après de multiples  » soucis  » finissent par laisser ces quartiers aux mains de la communauté dominante , au mieux, aux trafics et délits divers, au pire.

D’autres modifications et concessions ont fait droit à cette communautarisation excluante et ont été acceptées en vertu d’un respect (mou) d’une laïcité qui n’a plus rien à voir avec sa définition propre avec entre autres, le droit du travail qui fait place à la pratique religieuse, la séparation hommes-femmes en tous lieux publics ou privés (piscines, hôpitaux…) qui s’installe progressivement de même que cette même pression fait reculer le droit des femmes de sortir, seules, dans certains lieux, habillée selon son choix et en dehors d’heures jugées acceptables.
Pire, le discours qui accompagne ce recul qui veut que la mode a changé, que les femmes « respectables » n’ont pas à se mettre seins nus sur les plages et que celles qui le feraient ont à subir les insultes, attouchements voire plus (sans affinités) quand la perversité du discours bisounoursien ne met en avant les risques de cancer liés à une exposition de certaines parties du corps sensibles au méfaits du soleil… jusqu’à prôner les avantages du burkini!.

Bien sûr, très nombreux seront ceux qui, pour de multiples raisons liées à la propagande, la peur voire à l’indifférence car, jusqu’ici, non concernés, trouveront ces propos exagérés sauf qu’il suffit de constater, de facto, la particularité de l’émergence, de la fulgurante progression et des accommodements dits raisonnables continus en faveur d’une seule communauté immigrante et de sa religion vis à vis de tout autre communauté et religion différente.
Cette transformation du concept de vivre ensemble est telle qu’il devient rare de parler encore de citoyens, de peuple, de populations sans, tel un label, une « étoile », mettre en premier sa communauté, sa religion ce qui, par ailleurs, ainsi que décrit plus haut, a le mérite de clore le débat, de veiller à éviter toute (re)mise en cause sous peine de se voir taxé de raciste voire de fasciste…
Autres signes visibles d’une modification en profondeur des valeurs européennes qui se pensaient à l’abri de toute remise en cause de celles-ci jusqu’à influer sur ses lois ou coutumes sont, entre autres tant elles sont multiples, le mode d’abattage animal qui, de cultuellement admis via l’halal, se voit généralisé tant il devient économiquement plus rentable de ne plus avoir qu’un seule pratique dans les abattoirs quitte à ce que tout le monde, le sachant ou non, finisse par y avoir droit… et tant pis pour l’hygiène ou la souffrance animale!.
Quant aux femmes dont on a déjà évoqué les pressions morales, physiques qu’elles subissaient, on ajoutera, pour conclure ce sujet consacré à la probable future, plus si lointaine, domination musulmane, qui ne s’étonne pas de la médiatisation et des déclarations choquées de responsables lorsqu’une musulmane voilée de la tête au pied se dit insultée en rue par un quidam (de « blanc ») alors qu’à l’inverse, c’est le mutisme voire l’excuse lorsqu’une femme en tenue « normale » subit un traitement au minimum identique.
Sondage auprès des musulmans anglais concernant les droits? des homosexuels, des femmes…
Article (LePoint) du 11/4/2016 à lire  ICI Sondage

Musulmans, tous frères ou tous, frères musulmans

Toutes choses n’étant pas égales par ailleurs, on notera que l’évolution de l’influence musulmane, certes similaire à l’attitude sociétale encore pacifique, devient à cause des attentats perpétrés par des individus défenseurs de la charia mais rapidement qualifiés d’islamo-terroristes afin de ne pas stigmatiser (on connaît la suite) sauf qu’ici aussi, on s’aperçoit au fil des remontées d’informations qu’ils évoluent sans souci au sein de cette même communauté musulmane si bien intégrée mais aussi, pour partie non véritablement quantifiée, complice.
De même que ce discours lénifiant qui voulait lors des premiers attentats qu’il n’étaient que très sporadiques et le fait de quelques illuminés à compter sur les doigts de deux mains jusqu’à ce qu’ils se multiplient (plus vite que les petits pains de l’autre « guide »!) et qu’ici encore, certains (ir)responsables se montrent surpris, presqu’inquiets mais tiennent à souligner qu’il ne faut pas avoir peur et, comment encore?, ne pas stigmatiser (on connaît la suite).
Ajoutons que pour faire la part des choses, rien de ce qui arrive en termes de terrorisme islamiste ou de communautarisation essentiellement musulman n’est le fait du hasard ou même exclusivement de ceux qui portent ces valeurs ou idéaux mais bien que ceci n’est qu’une des conséquences de nos justifications occidentales irresponsables et coupables dues aux interventions armées, destructions d’Etats, bombardements plus ou moins bien ciblés mais néanmoins meurtriers pour des populations qu’une fois, osent prétendre nos dirigeants, libérés du joug de potentats qui, après des années d’entente cordiale car basée sur des signatures de contrats juteux et d’accords de bons intérêts géostratégiques, on déclare dictateurs sanguinaires indignes de vivre.
Sauf qu’à l’issue de chacune de ces « libérations », les populations restantes ont été soumises à bien pire encore jusqu’à n’avoir qu’un choix réduit entre mourir ou tenter de fuir!.

Alors, les donneurs de leçons, commencez par faire votre examen de conscience et qui sait, l’espoir fait vivre (surtout les ignorants), vous éviterez d’autres erreurs futures.
Et c’est dans ce contexte de déclin occidental surtout européen, de soumission à la Turquie que l’Europe, cette puissance mondiale lorsqu’elle est unie…, se montre incapable de contrôler ses propres frontières et finit, comme toujours et face à tout problème, à ouvrir son porte-monnaie et, honte à elle, verser des sommes considérables à ce pays, membre OTAN, et ne vous en déplaise, futur membre zone euro.
Ce qui, plaisanterie européenne suprême, fera des migrants installés en Turquie, payés par l’Europe, de futurs citoyens libres de s’installer où bon leur semblera…
Mais d’ici là, vu la peur panique et le manque total de réactions fermes de ces dirigeants totalement captivés par le confort que ce continent leur offre encore, connaîtra bien d’autres attentats islamistes et quantités d’autres revendications cultuelles accordées sur l’autel (le tapis) du vivre ensemble.
Comment ne pas voir la démonstration de la faiblesse de nos régimes en la déclaration d’état de guerre qui devient état normal, de présence de l’armée dans nos rues, d’activation de toute une série de mesures restrictives de liberté qui ne gênent d’ailleurs que les citoyens honnêtes car pour les terroristes voire les malfrats et autres dealers ou trafiquants, ceci ne semble, visiblement, pas les ennuyer du tout.
Au final, la doctrine de ces responsables ressemble à cette illustration des trois petits singes: ne rien voir, ne rien entendre, ne rien dire… et espérer que cela finisse un jour.

En conclusion et en rapport avec le titre provocateur de cet article, on affirmera que pour les musulmans et les islamistes, le temps, pour les uns de l’intégration docile, partiellement choisie au regard de la primo-migration de familles désireuses d’offrir, au moins pour leurs enfants, une qualité et un niveau de vie bien supérieur à ce qu’elles connaissaient dans leurs pays d’origine ou pour les autres de considérer que les occidentaux et les régimes arabes qu’ils estiment complices sont à combattre, est révolu.
Alors, aux uns, les descendants de la première génération de nouveaux arrivants musulmans qui, au fil des décennies, ont jaugé, dans un premier temps, l’impact de leur puissance revendicatrice qui leur assuraient plusieurs succès proprement cultuels, comprennent actuellement qu’il n’est plus si éloigné le temps où une transformation « pacifique » de toute la société européenne est possible sinon probable et dans ce combat, leurs meilleurs alliés sont les Bisounours européens non musulmans eux-mêmes trop soucieux, par peur viscérale de tout conflit au sein de ce continent « de paix » depuis la seconde guerre mondiale.
Et, aux autres, ces islamistes qui exportent leurs luttes terroristes, au grand dam de nos dirigeants européens coupables de guerres d’ingérence qu’ils ont cru pouvoir mener sans que celles-ci n’aient de conséquences pour leur propres populations intra-européennes, d’ajouter l’effroi des attentats aveugles au climat anxiogène qui complète l’oeuvre destructrice des valeurs européennes que très peu de personnalités suffisamment indépendantes, clairvoyantes tentent, un peu inutilement tant la propagande est gigantesque, de défendre.
Quant aux grands défenseurs des droits et des valeurs lorsqu’il s’agissait de qualifier de jaloux possessif voire de psychopathe tout homme qui, en couple, conditionnait sa compagne, à se comporter, se vêtir et à ne sortir qu’accompagnée voire à ne plus voir personne ou lorsqu’il s’agissait de combattre, détruire tout régime qui conditionnait son peuple à ne lire que certains ouvrages, n’écouter la bonne parole que du chef auto-proclamé et qualifiés ces potentats de dictateurs voire de fascistes, on soulignera le silence que ces donneurs de leçons de bonne morale observent lorsqu’une religion conditionne ses adeptes à ne manger, ne boire que certains aliments ou breuvages, contraint, pour la bonne pratique, la race inférieure (la femme) à se vêtir de manière stricte et uniforme tout en observant, pour tous et toutes, une pratique religieuse impactant tant la vie privée que professionnelle quitte à obliger, les autres, d’adapter le mode de fonctionnement en société.
On n’entend plus guère les chantres du vivre ensemble qualifier ce communautarisme exclusif de contraire aux principes de droits et devoirs universels au risque de dérives sectaires, islamistes, hormis les plus hypocrites d’entre eux, qui croient bon d’insister sur le fait que ces comportements ne sont le fait que d’une minorité (ultra-visible) qui détourne les principes du vivre ensemble supposé de cette religion.

Ainsi qu’il en est sur bien d’autres sujets développés ci et là, l’Histoire aura le mérite de garder en mémoire les faits et les noms de ceux qui se sont rendus coupables, par lâcheté, par opportunisme, tant du déclin économique que de la négation de valeurs morales sacrifiées sur l’autel ou plutôt le tapis… de la religion devenue loi européenne.

Pourquoi l’islamisme séduit-il? (Mohamed Sifaoui) Lien direct:  ICI

Reportage vidéo RTBF 18.3.2016 : Qui finance l’islam en Belgique?   ICI

Livre: Silence coupable (Celine Pina) Ed Kero.  Lien direct: ICI

Article sélectionné par le site AGORAVOX sur lequel vos commentaires et notes sont à poster en cliquant:  ICI AgoraVox

Publicités