via Référendum en Turquie : l’Europe doit-elle accepter l’idée que la démocratie libérale n’est pas forcément l’horizon de tous les pays qui nous entourent ? | Atlantico.fr

Commentaire de L’INFOTOX:

Si cette Europe avait déjà refusé quelque chose à un pays, à un dirigeant qui sert les intérêts des USA, cela se serait vu, lu et entendu.
Donc, le seul bruit assourdissant politique produit par « cette Europe », c’est son silence complice, irresponsable digne de sa faiblesse et de son déclin!.
Pour ces dirigeants de régions regroupées au sein de l’UE technocratique et aux ordres des Etats-Unis d’Amérique, il en est des dictatures à soutenir ou à rejeter comme des combattants soit terroristes, soit rebelles, seul compte le camp auquel les uns et les autres appartiennent.
Peu importe qu’il y ait un nombre équivalent de morts civiles, d’exactions, d’atteintes évidentes aux droit élémentaires des personnes en raison de leurs ethnies, religions, sexes ou expressions idéologiques différents, opposées, tant que le régime en place et responsable reconnu par tous de tels actes condamnables en droit international e/ou autres résolutions ONU, ceci sera excusé, cautionné au regard d’un prétendu droit des peuples pourtant tout autant victimes de ces théocraties ou dictatures « éclairées » que les régimes honnis, combattus voire détruits par les néo-croisades occidentales au titre de l’ingérence dite démocratique!.
L’important en politique si l’on veut conserver le pouvoir tant a niveau national qu’international, c’est de simplifier au maximum le choix des possibles, de ramener tout débat quelque peu trop complexe et donc dangereux pour le pouvoir car offrant aux citoyens une diversification des idées et programmes qui pourrait faire vaciller les tenants des discours simplistes, binaires avec pour caricaturer, d’un côté les « gentils », de l’autre les « méchants ».
Ainsi posé en termes d’alternance, ne reste pour les individus qu’un choix minimaliste entre, au mieux, deux options proches, compatibles et interchangeables…

En Turquie comme en bien d’autres dictatures (pardon: démocraties) soutenues, adoubées par cette Europe, nommer ce simulacre de consultation, dont le résultat en faveur de l’extension des pouvoirs présidentiels pour Erdogan, ne fait aucun doute comme un référendum n’est signe que de la faiblesse de ses principes idéologiques soumis à la force de sa propagande politique.

De même qu’un jour prochain, il devient essentiel de poser la question de la pertinence de la double nationalité qui, dans ce cas précis permet aux turcs vivant à l’étranger en confortables démocraties de contribuer à soumettre tous les citoyens vivant en Turquie à la dictature néo-islamiste d’Erdogan.

D’ici à ce que ces minorités obtiennent dans les pays européens où ils résident des accommodements raisonnables en contradiction avec les lois pour tous et…toutes qu’eux-mêmes imposent aux autres en Turquie…
Ah mais, au fait, ce n’est pas déjà ce qu’ils ont imposé aux « démocraties » de l’UE?!.
Publicités