via Comment Emmanuel Macron est finalement parvenu à repousser la redoutable offensive Le Pen chez Whirlpool | Atlantico.fr

Commentaire de L’ INFOTOX:

Ce qui sera remarquable dès que le « système » aura réussi le coup extraordinaire de mettre à la tête d’une région européenne un « petit » candidat jamais élu, inconnu de tous voici 2 ans et sans parti mais auquel les médias ont réservé une audience au-delà de toute équité et objectivité, ce sera de constater à quelle vitesse tous les économistes, les experts et les journalistes le proclamant comme le « sauveur » se feront, au vu des faits et surtout des résultats, nettement plus discrets!. 
Certes, intellectuellement on peut considérer que se défaire d’un clivage stérile Droite/gauche est une démarche intéressante qui peut faire preuve d’une ouverture d’esprit à la recherche d’idées venant de tous bords politiques et, par conséquent, qui est susceptible de plaire, de satisfaire non plus un camp mais bien un ensemble bien plus large de citoyens.
Sauf que l’expérience venant de pays habitués aux coalitions de gouvernement ou pire l’exemple désastreux de la zone euro aux mains des technocrates de Bruxelles prouve que cela se solde presque toujours par la recherche d’un plus petit dénominateur commun peu ambitieux qualifié plus prosaïquement de consensus mou!.
La principale lacune dans laquelle s’est habilement engouffré le staff, les lobbys qui propulsent l’inconnu jamais élu d’hier à la magistrature suprême est que le système injuste car non proportionnel français, qui jusqu’ici garantissait à un parti minoritaire d’accéder au pouvoir et, forcément, dès la prise de fonctions, de mécontenter la majorité des citoyens, a volé en éclats.
De là à constituer une majorité présidentielle cohérente et non minée par les intérêts toujours bien présents des élus de partis gavés de places, de privilèges attachés à ce pouvoir qu’ils chérissent tant, il y a bien plus qu’un pas… même pour celui qui se veut… en marche!.
Le seul changement pour demain risque bien de n’être que pour Moi, je…
Publicités